Le obi est une ceinture qui se noue par-dessus le kimono afin de le maintenir en place. Ces deux éléments du costume traditionnel japonais sont indissociables. Si le kosode (kimono) devint le vêtement principal porté par tous à partir du milieu de la période de Muromachi (1333-1573), l'histoire du obi ne commença véritablement qu'au début de l'époque d'Edo (1603-1868).


Stacks Image 14

Dans l’antiquité et jusqu’à l’époque de Heian (794-1185), les tuniques étaient maintenues fermées par une simple cordelette ou une ceinture courte et étroite en tissu (parfois en cuir pour les nobles) nouée à l’avant. Ces ceintures plates de quelques centimètres de large (taira guke) étaient souvent confectionnées avec les restes de tissu des vêtements et ne présentaient qu’un aspect fonctionnel.

Au cours de l’époque de Heian (794-1185) et de Muromachi (1333-1573), les obi gagnèrent légèrement en taille et devinrent un accessoire ornemental de la tenue féminine.

Entre le milieu du 16e et jusqu’au 17e siècle, un nouveau genre de ceinture adapté aux larges et encombrants kosode fit son apparition : le nagoya obi (名護屋帯), une cordelette ronde, composée de fils de couleurs tressés (rouge, violet...), qui se nouait dans le dos ou sur le côté, laissant pendre les deux extrémités garnies d’une houppe.





Jusque-là, la manière de porter et de nouer les
obi n’était pas codifiée, et il était possible de les fermer à l’avant, sur le côté ou à l’arrière.
À peu près à la même époque apparut une autre manière de nouer les
obi étroits: carta musubi. Afin de faciliter la marche, il était possible de remonter et de passer le surplus du pan avant gauche entre le obi et le kimono lui-même (ce surplus qui correspond aujourd'hui au hashori, pli plat au niveau de la taille qui régule la longueur du kimono).
Stacks Image 23
Stacks Image 28
Dès l’ère Kanei (1624-1643), seules les courtisanes commencèrent à porter des obi larges (de plus de 15 cm). Cette mode se répandit largement au sein de la population féminine quelques années plus tard (1661-1680). Ce n’est que vers la fin du 17e siècle que le port du nœud à l’arrière fut promulgué officiellement. Celui-ci ressemblait à un demi flot avec les deux extrémités pendantes et le obi ne mesurait que 6 cm de large sur 2 m de long, ceci jusque dans les années 1660.

Pendant l’époque d’Edo, des lois appliquées aux quatre catégories sociales (guerriers, paysans, artisans et commerçants) régissaient rigoureusement les détails des coiffures, des tissus et des nœuds de
obi. Il fut une époque où le obi noué sur le devant était réservé à des catégories sociales bien particulières: les moines et les exclus de la société (courtisanes, condamnés, veuves...).
En 1629, de sévères mesures gouvernementales interdirent le théâtre kabuki féminin, puis, plus tard celui des mignons (
wakashu kabuki). Des acteurs masculins plus âgés se mirent alors à interpréter les rôles féminins (yarô kabuki, 1652) et l’on usa d’artifices variés afin de dissimuler une corpulence plus imposante et d’accentuer une féminité artificielle en donnant de l’ampleur aux kimonos et aux obi. Ainsi, les modifications des dimensions du obi sont-elles dues en grande partie à ce nouveau genre de théâtre.
La promulgation de lois somptuaires frappa également le monde du kabuki (interdiction d’utiliser brocarts et autres matériaux luxueux), ce qui n’empêcha pas les acteurs d’user de procédés ingénieux pour être vus et reconnus de loin. Ces modes réservées à l’origine à la scène eurent un retentissement considérable auprès de la population citadine et les grands acteurs dictaient véritablement les tendances de l’époque.

Le très populaire acteur de kabuki, Kamimura Kichiya, inaugura sur scène un style original de
obi, beaucoup plus large, plus long et noué à l’arrière imitant avec exagération le style d’une jeune fille aperçue à Gion (quartier de Kyôto). Ce type de nœud dont les extrémités pendaient lourdement et auquel il donna son nom fit fureur (kichiya musubi).
L’évolution du
obi se poursuivit également en parallèle avec les progrès réalisés par les tisserands de Nishijin (nom d’un quartier de Kyôto) pour aboutir, au cours de l’ère Genroku (1688-1704), à une largeur d’environ 30 cm et une longueur de 2,50 à plus de 3,60 m. La grande variété des tissus et les nombreuses manières de le nouer sont caractéristiques de cette époque.

Stacks Image 44
Stacks Image 58
Stacks Image 60


À la fin du 17e siècle, une autre célébrité de l'époque, l'
onnagata Mizuki Tatsunosuke, lança fortuitement le style mizuki musubi. Les extrémités du obi, laissées longues, cachaient ainsi une partie de son dos qu'il avait trop imposant, disait-on.


Les changements dans la manière de porter le
obi (et le kimono) furent également liés à l'avènement de la catégorie sociale citadine et marchande. En effet, il était plus pratique de bouger et de travailler avec un obi noué dans le dos et cette nouveauté devint rapidement la caractéristique d'une classe laborieuse.
Par opposition, le noeud à l'avant perdura encore de longues années.
C'est Murayama Heijûrô qui détermina une nouvelle forme adaptée au style des kimonos de l'époque.
Stacks Image 65
Stacks Image 72


La largeur du
obi augmenta notablement au milieu du 18e siècle et devint un accessoire décoratif fondamental, mettant l'accent sur la beauté du kimono. Les motifs reprenaient les thèmes classiques anciens, les rayures et les carreaux mais les tissus unis étaient très appréciés aussi. Le style carta musubi se transforma et fut adapté aux larges ceintures: le noeud (avant ou arrière) ressemblait ainsi à une grosse boîte rectangulaire et prit le nom de bunko musubi (en vogue fin 18e).

C'est en 1795 que le noeud à l'avant fut définitivement abandonné. Le obi fermé à l’arrière allait finalement s’imposer auprès de toutes les femmes sans distinction d’âge. Sa dimension fut alors décidée officiellement : 360 cm de long sur 30 cm de large.
Stacks Image 102
Stacks Image 104
1817: année décisive pour le obi.
L'action se situe dans le quartier de Fukagawa à Edo, sur le petit pont Taikohashi dans le jardin du sanctuaire Kameido (célèbre pour ses glycines). Une geisha avait noué son
obi dans une forme qui devait évoquer et célébrer l'atmosphère du paysage environnant. Pour maintenir le tout ensemble, elle utilisa un obijime (cordelette) et un obiage (ceinture enserrant le makura). Le style taiko musubi, encore très communément utilisé de nos jours, était né.
Pour maintenir fermement en place une ceinture de plus en plus lourde et longue, de nouveaux accessoires firent leur apparition:
le obijime (cordelette dont l’usage se répandit dans les années 1860 et qui se noue par-dessus le obi)
le obiage (petite ceinture de tissu nouée sous le obi et qui dépasse légèrement sur le haut, ajoutant une touche colorée à l’ensemble)
le obidome (sorte de petite broche décorative aux formes innombrables qui se glisse sur le obijime et se place au centre du obi).

À partir de la fin du 19e siècle, la mode occidentale allait s’imposer et changer radicalement les habitudes japonaises.