EN TRAVAUX

Stacks Image 19
Compromis avec la mode occidentale: chapeau melon et manteau par-dessus un hakama et un kimono. Le changement se fait progressivement.
Stacks Image 23
Ce mélange des styles japonais et occidental est encore adopté de nos jours par les jeunes filles quand elles assistent à la cérémonie de remise de diplômes à l’université (kimono, hakama et bottines).
Stacks Image 27
Les kimonos aux motifs floraux ou paysagers, autrefois très en vogue chez les femmes de la classe guerrière, disparurent progressivement avec les nouvelles habitudes. Ces femmes changèrent radicalement de mode vestimentaire pour s'adapter très tôt aux coutumes occidentales.
Stacks Image 34
Les tissus rayés ou à carreaux sont toujours populaires. Le obi est placé très haut.
Stacks Image 36
Kimonos avec un col en satin noir. Les obi se portent assez haut et le pli à la taille (o-hashori) est bien visible.
Stacks Image 48
Enfants des campagnes qui portent tous de petits kimonos en coton rayés ou à petits motifs (kasuri) resserrés à la taille par une ceinture étroite ou une simple cordelette.
Stacks Image 70
Au sein de la moyenne bourgeoisie, la mode des kosode gris foncé ornés de motifs teints sur le bord inférieur (déjà appréciés à la fin de la période précédente) continua à séduire.
Stacks Image 64
Les principaux motifs représentaient des paysages, des scènes florales et animalières.
Stacks Image 76
Vers le milieu de la période de Meiji, les kimonos à motifs edo komon discrets et sobres, très en vogue au cours de la période précédente se parèrent également de motifs teints ou de broderies sur le bord inférieur et le bas des manches. De plus, la qualité de la soie chirimen se transforma pour devenir moins douce et plus grossière au toucher.
L'introduction de teintures artificielles et des nouvelles techniques de tissage venues d'Europe causèrent de grands bouleversements au sein de l'industrie textile. Il devint fréquent de voir des kimonos ornés de motifs traditionnels teints (yûzen) en partie à l'aide de ces nouvelles couleurs.
A la fin des années Meiji (début 20e), les motifs floraux d'inspiration occidentale (tulipe, orchidée, dahlia...) tels qu'ils apparaissaient sur les peintures de l'époque, annonçaient progressivement une nouvelle ère. Toutefois, les kimonos aux motifs traditionnels restaient réservés aux sorties et événements officiels.
Stacks Image 86
Stacks Image 88
Stacks Image 90