"Elle était vêtue d'un kimono sans doublure, de crêpe bleu-marine, serré par un obi de satin noir doublé de soie marron de Hakata et, dans sa main gauche, elle portait nonchalamment un panier artistiquement tressé dans lequel étaient rangés une serviette, une boîte à savon, un petit sac de son de riz et une éponge".
Mori Ôgai, "L'oie sauvage".

TISSAGES 織物

TSUMUGI 紬

Stacks Image 20
Stacks Image 22
Pongé de soie confectionné à l’origine par les paysans qui après avoir utilisé les fils de soie de bonne qualité dans un but commercial, récupéraient les déchets de soie (ou schappe) pour leur propre usage. Le fil irrégulier était alors filé à la main puis tissé: les fileuses humidifiant le fil avec leur salive, les meilleures fileuses étaient, paraît-il, les femmes d’âge moyen dont la salive contenait un taux hormonal idéal, information à vérifier !
Cette production familiale se transforma pour laisser place à une industrie locale importante présente dans tout le Japon. Le filage nécessitait entre 20 et 45 jours et la confection d’un kimono demandait plus de 3 mois. Les principaux motifs représentent des formes géométriques ou symétriques et se résument à des rayures, des carreaux et des croix (typiques du genre kasuri). Plus les motifs sont petits et précis, plus le tissu est de bonne qualité.
Parmi les principaux tissages tsumugi, citons: Yonezawa tsumugi, Yûki tsumugi, Oshima, Ryûkyû tsumugi, Shiozawa tsumugi, Kumejima etc...

KASURI 絣

Stacks Image 60
Stacks Image 62
Stacks Image 64
Étoffe tissée (de soie, coton ou lin) à petits motifs dont la technique de tissage est originaire d’Inde et qui fut introduite au Japon via l’Indonésie où elle porte le nom d’ikat. Le fil est teint avant d’être tissé et les motifs sont géométriques ou figuratifs (pin, bambou, fleur de prunier, grue, tortue...). Le tisserand doit alors planifier précisément l’endroit où viendra se placer la portion de fil teint afin de former le motif prévu. Les kasuri japonais les plus connus sont Iyo kasuri, Kurume kasuri et Bingo kasuri (du nom de leur région d’origine).

JÔFU 上布

Stacks Image 84
Stacks Image 86
Stacks Image 88
Tissé uniquement avec un fil de ramie ("ortie de Chine") très fin et de grande qualité. Cette étoffe légère, aérienne et très agréable au toucher convient parfaitement aux étés chauds et humides du Japon mais son prix très élevé en fait un matériau d’exception.

OMESHI 御召

Stacks Image 110
Stacks Image 114
Stacks Image 112
À l’origine, terme honorifique désignant les kimonos portés par le 11e shôgun Tokugawa Ienari (1787-1837) et les nobles de la cour. Il s’agit d’une sorte de crêpe de soie à motifs figuratifs, rayés ou de type kasuri. La technique de tissage élaborée et la qualité des fils de soie torsadés utilisés donnent au tissu un léger relief. De plus, la séricine du fil de soie est éliminée ce qui donne plus de souplesse et de brillance au tissu. Encore utilisé pour les kimonos formels au cours des années Edo, ce tissu solide et souple, qui ne se déforme pas et se froisse peu, est utilisé, de nos jours, pour des vêtements élégants à porter au quotidien.

MEISEN 銘仙

Stacks Image 146
Stacks Image 144
Stacks Image 142
Ce tissu de soie fut le plus populaire durant l’ère Taishô (1912-1926). Les motifs géométriques ou figuratifs sont chatoyants avec des contours atténués et flous.
Voir article ici.

SHIMA 縞

Stacks Image 168
Stacks Image 166
Stacks Image 170
Les tissus à rayures et à carreaux étaient déjà très en vogue durant la période d’Edo. Ils sont indémodables et offrent un aspect à la fois moderne et traditionnel.

HABUTAE 羽二重

Stacks Image 194
Stacks Image 190
Stacks Image 192
Sorte de taffetas à l’aspect lisse et lustré. Il en existe plusieurs variétés. Les commandes de la noblesse de Cour commencèrent dès le 10e s. Produit à Kyoto pendant et après la période de Momoyama (1573-1603).

RO, SHA 絽 紗

Stacks Image 212
Stacks Image 210
Stacks Image 208
Les différentes sortes de gazes de soie sont connues au Japon sous l’appellation karami ori. Les techniques de tissage sont complexes et les tissus peuvent être unis ou à motifs. La gaze, originaire du Moyen-Orient, était produite en Chine avant l’ère chrétienne. Elle fut importée au Japon dès le 7e siècle et produite au 8e siècle pour être utilisée au cours des cérémonies bouddhiques ou lors des sacres impériaux.

TEINTURES 染物

TEGAKI-ZOME 手書き染め

Stacks Image 233
Stacks Image 235
Les motifs sont appliqués à la main directement sur le tissu blanc (soie, coton): yûzen, batik ...

KATAZOME 型染め

Stacks Image 248
Stacks Image 250
Les motifs sont reproduits au pochoir sur un tissu blanc de soie ou de coton (kata yûzen, kata komon, edo komon, bingata...).

SHIBORI-ZOME 絞り染め

Stacks Image 259
Stacks Image 261
La teinture est réalisée après avoir noué le tissu (tie and dye). L'utilisation de ces techniques tinctoriales complexes remontent à la période de Nara. Puis elles furent abandonnées jusqu'à la période médiévale pour réapparaître au grand jour au cours des 14-15 et 16e s. Au cours des années Edo, la teinture shibori prend deux orientations distinctes: l'une (soie) réservée aux classes aisées (kyô-kanoko), l'autre (coton) au peuple (chihô-shibori).

MUJIZOME 無地染め

Stacks Image 276
Stacks Image 278
Il s'agit d'une teinture monochrome sans motifLes kimonos unis peuvent se porter lors d'occasions variées (cérémonies, visite au sanctuaire, pratique des arts traditionnels, deuil ou demi-deuil et dans ce cas, ils sont noirs, gris, marron ou violet clair) et sont très pratiques.